Interview: IV

/ jeudi 28 février 2013 /

On vous avait déjà présenté le duo IV et on vous avait promis une interview. La voici. On parle de zombies et de musique électronique japonaise; il y en aura pour tous les goûts. 


Bonjour et tout d'abord merci de répondre à nos questions. Pour commencer pourriez vous rapidement vous présenter à nos lecteurs?
Salut French Aloud. Nous sommes Charles et Thomas et, à deux, nous formons le groupe IV. Juste une petite remarque avant de démarrer l'interview : vous pouvez prononcer le nom de notre groupe comme vous le voulez, en français, en anglais, voir même phonétiquement "Yves", ça nous amuse beaucoup.


Quels sont vos univers musicaux respectifs?
Au delà des bandes originales de film, les deux univers musicaux qui nous caractérisent le plus sont le rock progressif des années 60 et 70 et la musique électronique sous toutes ses formes et depuis ses origines.


Des références musicales que vous tenez à citer absolument ou vous pensez que ce serait réducteur de n'en citer qu'une poignée.
Alan Howart, Keith Emerson, Thomas Dolby, Claudio Simonetti, Rick Wakeman, Ryuichi Sakamoto... Mais effectivement c'est un peu réducteur!


Pour un duo, IV est un nom surprenant. Une raison à ça ou vous voyez simplement double (trouble)?
Dès le début on voulait produire de la musique électronique influencée par les bandes originales des films de Carpenter ou d'Argento. Pour coIler à cet univers il nous fallait un nom qui résonne comme un symbole et qui se décline comme un logo. Le chiffre quatre porte malheur un peu partout dans le monde : c'était évident.


Votre musique a quelque chose de très cinématographique, est-ce de là que vient le qualificatif d'horror-disco?
Le terme horror-disco décrit assez bien ce qu'on essaye de faire. On ne veut pas refaire ce qui a déjà été fait dans le passé, pas des musiciens bien plus talentueux que nous. Notre ambition c'est d'ajouter une dimension club, dansante, à toutes nos influences cinématographiques, comme sur le morceau Doppelganger.


Doppelganger signifie sosie en anglais, pour un titre décrivant "le bal macabre des zombies du Grand Nord". C'est un peu dur envers vous même ou alors vous tenez nos amis morts-vivant en bonne estime?
"Le bal macabre des zombies" c'est une façon plus littéraire et imagée de dire horror-disco et ça nous plait beaucoup!


Attendez vous le remake du grand classique de Sam Raimi, Evil Dead, prévu pour cette année?
On va jeter un oeil à ce remake car Evil Dead reste un film culte. Mais même si on aime les gerbes d'hémoglobine de Raimi et les singes-rats de Jackson, c'est pas vraiment dans ce genre de films qu'on tire nos inspirations musicales. On est plus giallo : un jeu de caméra stylisé, des couleurs hallucinées et du prog-rock en fond sonore.


Et si votre musique devait être la B.O. d'un film?
Le titre Alaska pourrait facilement rentrer dans la bande originale de Delivrance de John Boorman. Burt Reynolds perdu dans la nature : son gilet de skaï noir sur le dos et son arc de chasse à la main. On a pensé à lui en composant ce morceau. 


Revenons en à l'EP "The place where we were hidden",

Pour le titre Alaska vous vous êtes fait remixer par Crystal un groupe japonais. Comment s'est fait cette rencontre et que pensez vous de la musique japonaise électronique en général (on pense notamment à 80Kidz comme fer de lance)?
On connait Crystal depuis leurs débuts sur le label Institubes, sur lequel ils ont sorti deux super EP. Ce qui est fascinant avec les groupe japonais et celui-là en particulier c'est la force de leur univers musical et visuel. On peut avoir l'impression qu'ils sont kitsch, mais en réalité ils sont avant-gardistes. Les clips de Crystal qui ont trois ans sont toujours pertinents et nouveaux, alors que beaucoup de ce qui sortait en Europe au même moment est aujourd'hui ringard. 



Si vous deviez collaborer avec un artiste dans les mois à venir?
On aime vraiment collaborer au fil de nos rencontres. Récemment on a découvert un groupe chilien qui produit du prog-rock planant : ΔΔΔ (From Mesopotamia). On leur a proposé de faire une cover d'Alaska, ils ont accepté. Ils se sont appropriés le morceau comme Crystal avant eux. On vous fera écouter ça très prochainement, c'est promis.


L'artwork de l'EP est vraiment très réussi et original, étiez vous impliqué dans sa réalisation?
Oui, puisqu'il a été réalisé par le studio Almasty, et qu'un de nous deux en fait parti. On voulait un visuel fait à la main (ici au crayon) et qui laisse libre court aux interprétations. Un paysage beau mais anxiogène. 


Quels sont vos projets? Un album peut être?
On va commencer par sortir un second EP, et ensuite pourquoi pas. On aimerait aussi beaucoup travailler sur une bande originale un jour.


Un petit mot à faire passer?
Merci beaucoup pour cette interview et on espère que vos lecteurs apprécieront notre premier EP The Place Where We Were Hidden!

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Le son du moment

Tu trouveras pas Justin Bieber, mais surement ton bonheur.

 
Copyright © 2010 French Aloud, All rights reserved
Design by DZignine. Powered by Blogger